Err

Livraison à partir de 30€

Chymós À l’ESSENTIEL est votre épicerie de quartier BIO en vrac au coeur de la Ciotat.

Située à La Ciotat, Chymós À l’ESSENTIEL est votre épicerie de quartier bio.
 
Stéphane, votre épicier de quartier met à votre disposition des produits vendus pour la plupart sans emballages : fruits et légumes locaux de saison, produits en vrac, produits vegans, jus de fruits, laits végétaux et pâtes à tartiner faits sur place, cosmétiques artisanaux et produits d’entretien naturels.
 
Des produits de qualité, sains et respectueux de l’environnement sélectionnés auprès de fournisseurs locaux.
 
Pour les adeptes du zéro déchet ou ceux qui veulent s’initier, vous pouvez enfin faire vos courses dans une épicerie qui vous ressemble.
Votre épicier saura vous conseiller.

Des produits bio et respectueux de l’environnement 

Nous vous proposons tous les jours des produits de qualité, respectueux de l'environnement auprès de fournisseurs locaux.
Nous vous garantissons une alternative de commerce équitable pour faire connaître nos producteurs et artisans de la région.

*NOUVEAUTÉ*

Nos paniers BIO vrac tout prêts et pensés pour vous faciliter l’adoption du zéro déchet !

POURQUOI ON DIT « EN VRAC » ?

Lorsque des affaires sont en désordre ou quand des produits sont vendus sans conditionnement, on peut dire qu’ils sont en «vrac».

Un terme apparu dans le courant du XVIIIe siècle, sous l’influence des commerçants hollandais. Ces derniers utilisaient en effet, à l’époque, le mot «wrac» pour désigner les harengs de qualité médiocre venant d’être pêchés.

Insatisfaits de cette marchandise, les commerçants ne voulaient pas perdre de temps à la trier et la ranger. Si bien qu’ils chargeaient ces poissons directement dans des tonneaux, sans même les saler ni les empaqueter.
En raison des liens commerciaux avec les Pays-Bas, le terme «wrac» a été repris dans le nord de la France et francisé en «vrac». Il a peu à peu désigné les marchandises mal rangées sur un bateau, avant de s’élargir au sens qu’on lui donne aujourd’hui.